Aller au contenu
COVID-19

Vivez une expérience 100 % agréable chez nous: contactez les entreprises avant de vous déplacer afin de confirmer leurs heures d'ouverture et les services offerts.

Guide ornithologique d'automne Découvrez les espèces et où les observer

Si pour la plupart des gens, l’automne est synonyme d’Oies des neiges à Victoriaville, pour les amateurs d’oiseaux, il y a bien plus. Dès la mi-août, et ce, jusqu’en octobre, la région reçoit une grande variété d’oiseaux qui feront le bonheur des amateurs autant qu’aux ornithologues aguerris.

De gauche à droite: Bécasseau semipalmé, Chevalier grivelé, Pluvier argenté, ©Alain Charrette, Paruline à croupion jaune, en bas droite, ©Denise Hébert

À quel moment arrivent-ils et qui sont-ils? 

Dès la mi-août, ce sont les oiseaux de rivage qui font leur apparition dans nos parages. C’est à cette occasion qu’on peut voir pluviers, bécasseaux et chevaliers. Suivent ensuite, fin août début septembre, les parulines, petits oiseaux insectivores en route vers le Mexique et l’Amérique centrale.

De gauche à droite: Urubu à tête rouge, ©Serge Rivard, Épervier de Cooper, ©Diane Labonté, Petite Buse, ©Alain Charette

De la mi-septembre à la fin d’octobre, ce sont les oiseaux de proie qui sont de passage chez nous. Parmi ceux-ci, urubus, éperviers et buses peuvent être observés dans le ciel de la région, et particulièrement bien à partir du belvédère du Mont Arthabaska.

Dès le mois d'octobre, les Grandes Oies des neiges se donnent rendez-vous au Réservoir-Beaudet - ©Les Maximes

Puis octobre se pointe! Ces dernières années, ce sont jusqu’à 200 000 individus qui se rassemblaient sur le Réservoir Beaudet, en transition entre leur aire de nidification dans le Grand Nord et leur aire d’hivernage sur la côte Est des États-Unis, entre le New Jersey et la Caroline du Nord.

Mais pour bien profiter de la migration d’automne, il faut fréquenter les parcs de Victoriaville. D’ailleurs, une application indispensable pour s’informer de la présence de la gent ailée est donnée en temps réel pour chacun de ceux-ci.

Le Réservoir-Beaudet est une zone importante de conservation des oiseaux (ZICO) - ©Les Maximes

1. Parc du Réservoir-Beaudet

La destination numéro un est sans contredit le parc du Réservoir-Beaudet. Un sentier de grande qualité ceinture le plan d’eau sur plus de cinq kilomètres. Sur une bonne portion de celui-ci, on a une bonne vue sur le « lac » et ses oiseaux liés au milieu aquatique.

Outre les oies réunies en grand nombre, on reçoit aussi des goélands en quantité appréciable et en « bonus », des mouettes dont certains individus rares, inusités ou exceptionnels qui font le bonheur des ornithologues, amateurs comme chevronnés.
Pour avoir une idée précise de ce qui s’y passe maintenant, cliquez ici.
Où que vous soyez, le Mont Arthabaska vous en met plein la vue! - Photos à gauche ©Les Maximes, photo à droite ©Guy Samson photographe

2. Parc du Mont Arthabaska

Le parc du Mont Arthabaska est très fréquenté par les cyclistes, c’est aussi un rendez-vous fort apprécié des randonneurs et des marcheurs d’un jour! Les sentiers aménagés au pied de la montagne sont particulièrement prisés des marcheurs. Un stationnement avec accès par la rue Girouard est disponible.

Les amateurs d’oiseaux parcourent les lieux pour y observer des passereaux de toutes sortes: pics, grives, moqueurs, bruants et parulines font ainsi la joie des ornithologues. Mais en cette période automnale, c’est du belvédère près de l’accueil, en haut de la montagne, que le passage des rapaces est le plus spectaculaire.
Pour avoir une idée précise de ce qui s’y passe maintenant, cliquez ici

Le parc Terre-de-Jeunes, pour la nature et les magnifiques aménagements qui s’y trouvent - ©Les Maximes

3. Parc Terre-des-Jeunes

Îlot de verdure au cœur de la ville, le parc Terre-des-Jeunes est un lieu fort couru par une clientèle assidue. Les travaux amorcés il y a quelque temps sur la rivière Nicolet ont modifié pour le mieux l’habitat riverain. Ainsi, en abaissant de moitié le barrage en aval du parc, il s’est créé une bordure de « plage » propice au passage de certains oiseaux de rivage : pluviers, bécasseaux et chevaliers peuvent maintenant y être observés en saison.

Quant aux sentiers en milieu forestier, ils plaisent aux marcheurs, agrémentés qu’ils sont par les couleurs de l’automne. Pour avoir une idée précise de ce qui s’y passe maintenant, cliquez ici

Le Boisé-des-Frères, un parc naturel parfait pour l’observation d’oiseaux - ©Les Maximes

4. Parc du Boisé-des-Frères-du-Sacré-Coeur

Les aménagements faits ces dernières années au Boisé-des-Frères-du-Sacré-Coeur le rendent des plus invitants. Une partie de celui-ci longe également la rivière Nicolet. Sans qu’il y ait de troupes particulières d’oiseaux qui s’y retrouvent à l’automne, on peut y voir tout de même une bonne variété d’espèces. Certains oiseaux de rivage, de hérons, de hiboux, de pics, de bruants et de parulines sont présents sur le site à cette époque.

Moins fréquenté que les autres, ce parc se révèle tout de même être un havre de paix apprécié du public et des ornithologues en particulier. Pour avoir une idée précise de ce qui s’y passe maintenant, cliquez ici

De gauche à droite: Bruant hudsonien et Pygargue à tête blanche ©Alain Daigle, Pic maculé ©Alain Charrette, Canards branchus ©Denise Hébert

Voilà! J’espère vous avoir donné le goût de faire de Victoriaville VOTRE destination pour vos randonnées d’automne. Le spectacle des oies au Réservoir Beaudet est un incontournable et attire des milliers de visiteurs, mais je vous assure que d’un point de vue ornithologique, nos quatre grands parcs ont tout ce qu’il faut pour vous tenir en haleine tout au long de l’année!  

Au plaisir de vous y rencontrer,

Auteur du livre L’Observation des oiseaux au Québec, Guy Huot est un ornithologue chevronné et un vrai passionné. Il est sans aucun doute LA référence en ornithologie dans toute la région. Vous le croiserez probablement au Réservoir Beaudet lors de vos excursions d’observation! 

À lire aussi

Haut de page