Aller au contenu
COVID-19

Vivez une expérience 100 % agréable chez nous: contactez les entreprises avant de vous déplacer afin de confirmer leurs heures d'ouverture et les services offerts.

Guide : observation des oiseaux Pour savoir par où commencer

Je suis passionné par les oiseaux depuis plus de 45 ans. Tout jeune, j’étais impressionné par leurs couleurs flamboyantes et leurs cris étranges et mélodieux. Je pouvais rester dehors des heures durant pour les observer. J’espère que les quelques conseils et ressources que je vous partage ici vous aideront à embrasser cette activité passionnante qu’est l’ornithologie.

1. Connaitre les bons endroits, c’est la clé!

Que vous demeuriez à la ville ou à la campagne, il y a des oiseaux près de chez vous. Bien sûr, certains milieux sont plus propices à l’observation de la faune ailée. Ainsi, dans la région de Victoriaville, cinq grands parcs constituent des lieux privilégiés que tout bon observateur voudra visiter.

Pas moins de 269 espèces ont été recensées au Réservoir Beaudet au fil des ans! C’est un site exceptionnel pour pratiquer l’ornithologie, le meilleur de toute la région. Une piste multifonctionnelle ceinture le plan d’eau, ce qui le rend très accessible. Sur près de 5,2 kilomètres, le sentier se déroule parmi des habitats diversifiés, mais c’est le bassin de retenue des eaux qui offre le plus de variétés d’oiseaux.

Les oiseaux aquatiques y sont très nombreux au printemps alors qu’à l’automne, le spectacle de plus de 200,000 oies des neiges est des plus impressionnants. Ce qui rend l’expérience inoubliable est la proximité des oies qui viennent poser pieds sur le terrain près du Pavillon d’accueil, malgré la présence de nombreux curieux.

Les autres parcs méritants une visite sont :

Crédit photos: Les Maximes (gauche), Alain Charette (droite)

2. Avoir le bon équipement

Ce qui fait de l’observation des oiseaux un "hobby" si attrayant, c’est le peu d’équipement nécessaire pour vivre des moments savoureux en pleine nature. En effet, un bon livre d’identification et une bonne paire de jumelles constituent le matériel de base.

Le meilleur livre pour débuter est à mon avis Les Oiseaux du Québec et de l’Est de l’Amérique du Nord, de Roger Tory Peterson, aux Éditions Broquet (2007 pour la dernière édition). En ce qui concerne les lunettes d’approche, on vous recommande des 10x42 d’une marque reconnue (Bushnell, Nikon, Vortex, etc.), dans une fourchette de prix variant de 150$ à 350$.

Ainsi équipé, vous pourrez vous aventurer sur le terrain, où vous rencontrerez à l’occasion d’autres ornithologues qui se feront un plaisir de partager leurs connaissances tout en vous indiquant ce qu’il y a de plus intéressant comme espèces à observer sur les lieux. Ne soyez pas gênés! La communauté des "birdwatchers" est un monde où la collaboration est de mise. Ainsi pourront naître de nouvelles amitiés basées sur une même passion, l’amour de ces animaux doués d’une particularité unique: les plumes!

3. S’informer auprès de sources fiables

Vous trouverez sur Internet d’abondantes références pour nourrir votre soif de connaissances. En voici quelques incontournables... Pour vous renseigner sur les plus récentes arrivées dans votre région, la meilleure adresse est celle de eBird. En vous abonnant gratuitement, vous obtiendrez en temps réel la liste des observations actuelles sur les meilleurs sites de votre région. Un autre site indispensable est Les Oiseaux du Québec, tout comme la page Facebook du Regroupement QuébecOiseaux.

Informez-vous également de l’existence d’un club d’ornithologie dans votre région. Il est très avantageux de faire partie d’un tel groupe: vous pourrez côtoyer des membres plus expérimentés qui ne manqueront pas de vous renseigner sur les meilleurs sites d’observation des alentours. Vous pourrez aussi participer aux excursions qu’ils organisent et même assister à des conférences.

Alain Daigle remplit les mangeoires du Réservoir Beaudet tous les jours, même en hiver! Crédit photo: Les Maximes

4. Se pratiquer à la maison

Pour les débutants, une bonne façon de se familiariser avec les espèces les plus communes est d’installer quelques mangeoires dans votre cour. Des graines de tournesol dans l’une, du grain mélangé dans l’autre, et vous êtes "en affaire"! L’ajout d’un petit bassin d’eau plaira également à vos visiteurs ailés.

À chaque visite d’une nouvelle espèce, vous pourrez vous pratiquer avec la manipulation de vos jumelles et apprendre la disposition des espèces dans votre "Peterson". Pour bien s’habituer à s’y retrouver, on le feuillette aussi souvent que possible, en utilisant même des marqueurs pour situer les différentes familles.

5. Petits trucs pour vos excursions

En excursion, on apporte son livre pour mieux identifier les espèces. Il existe également des applications mobiles qui fournissent une foule de renseignements reliés à chacune d’elles. Comme le chant d’un oiseau est aussi distinctif que son plumage, vous pouvez alors écouter sur place l’enregistrement pour confirmer votre identification visuelle.

L’identification repose essentiellement sur les traits caractéristiques du plumage des oiseaux, qui se rapportent aux différentes parties du corps marquées de traits de couleurs. La taille et la silhouette sont aussi des éléments à prendre en compte. La saison, la région, l’habitat et le comportement sont d’autres indices révélateurs. L’ornithologie est un loisir de contemplation qui demande du temps. Soyez patients et vous serez récompensés par de belles observations qui viendront élargir vos connaissances.

Croyez-moi, en vous ouvrant à ce nouveau monde, vous vivrez des moments exaltants et vous n’aurez cesse de vous émerveiller devant les beautés de la nature.

6. Quelques pistes pour débuter dans la région

 

Auteur du livre L’Observation des oiseaux au Québec, Guy Huot est un ornithologue chevronné et un vrai passionné. Il est sans aucun doute LA référence en ornithologie dans toute la région. Vous le croiserez probablement au Réservoir Beaudet lors de vos excursions d’observation!

À lire aussi

Haut de page